Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jeux et enjeux du régime de Brazzaville en anticipant l'organisation de l'élection présidentielle en mars 2016.


Par Bricenzamba.com | Samedi 9 Janvier 2016 | Lu 1260 fois | 0 Commentaire

Brazzaville, (Starducongo.com) - En République du Congo, il règne présentement un air du déjà vu, même si la musique semble aujourd'hui quelque peu différente. Cet air du déjà vu se compose des gammes bien précises : un chef d'Etat déterminé à remporter l'élection présidentielle, un fichier électoral non transparent, une opposition sans stratégie véritable.



Jeux et enjeux du régime de Brazzaville en anticipant l'organisation de l'élection présidentielle en mars 2016.
Cet air nous ramène à la période pré-électoral de 2009, à cette époque,l'opposition conditionnait sa participation à l'élection présidentielle, à la révision du fichier électoral et à l'indépendance de la commission nationale d'organisation d'élections.
On se souvient encore de la bravade de Mathias DZON en juin 2009, un des leaders de l'opposition congolaise, soutenant dans un meeting à porte de Charenton, face aux congolais de France : « Si les conditions de transparence électorale ne sont pas réunies, il n'y aura d'élection ni pour nous, ni pour Sassou ». Rien n'y fit.
Non seulement, les conditions de transparence électorale ne firent pas réunies lors de l'élection présidentielle en 2009, l'élection présidentielle eut bien lieu,aussi bien pour Denis Sassou Nguesso que pour les opposants, surtout pour le courageux Mathias DZON qui y participa de bon cœur.
Pourtant tout esprit sérieux, réellement ambitieux et épris du désir de conquérir le pouvoir, aurait pris à bras le corps dès la victoire contestée et contestable de Denis Sassou Nguesso en juillet 2009, le soin de créer le rapport de force nécessaire, pour régler ce fameux problème de gouvernance électorale, le plus vite possible, pour baliser l'élection présidentielle de 2016 : là encore rien n'y fit.

Denis Sassou Nguesso a passé le clair de son temps à balader les opposants congolais, de dialogue en dialogue, réussissant même à les diviser, sans changer d'un iota ni le fichier électoral ni le contrôle de la commission nationale d'organisation d'élection.
Satisfait de son passage en force sur le changement de la constitution de janvier 2002, et face à une opposition déboussolée, acculée à la réaction sans esprit d'initiative véritable, Denis Sassou Nguesso, seul maître à bord du radeau de la méduse qu'est devenu le Congo, semble avoir décidé de donner le coup de grâce à cette opposition.
D'abord, annoncer l'élection présidentielle en Mars 2016, permet de ne pas laisser suffisamment de temps à l'opposition pour se réorganiser et établir une vraie stratégie pour aborder l'élection présidentielle.
Prise par surprise, l'opposition n'aura d'autre choix que de se focaliser sur cette élection et donc de remettre au gout du jour la question de la gouvernance électorale.
La première vertu de cette manœuvre de Denis Sassou Nguesso serait de rendre obsolète le débat sur le changement de la constitution, en suggérant à l'opposition un autre débat qui en fera oublier le premier, pourtant le plus essentiel. Alors que dès l'annonce de la date du référendum du 25 octobre 2015, l'opposition congolaise avait eu la bonne idée de souligner qu'une telle procédure devrait conduire à la caducité de toutes les institutions, y compris celle de chef d'Etat, la même opposition, se retrouva au parlement réuni en congrès, pour écouter Denis Sassou Nguesso, leur annoncer une élection présidentielle anticipée :cherchez l'erreur.
Ainsi, Denis Sassou Nguesso par sa manœuvre, espère faire cesser le débat sur l'illégitimité et l'illégalité de son referendum, pour relancer le débat sur la gouvernance électorale, dans l'espoir de voir l'opposition s'y engouffrer.

En bref, voici le jeu politique caché par l'organisation anticipée de l'élection présidentielle en République du Congo :
- Profiter de la désorganisation de l'opposition et de sa fébrilité due au passage en force du 25 octobre2015 pour imposer une élection présidentielle à un tour ;
- Rendre obsolète le débat sur l'illégalité et l'illégitimité du referendum en imposant la nouvelle constitution comme un fait accompli, et en agitant une nouvelle carotte qui est la perspective illusoire d'une réforme de la gouvernance électorale ;
- Diviser et disperser l'opposition en suscitant son auto neutralisation d'abord entre leaders de cette
opposition, ensuite en suscitant des querelles intestines au sein des partis d'opposition pour mieux les affaiblir.

L'enjeu de la précipitation de l'organisation anticipée de cette élection présidentielle est d'ouvrir plusieurs fronts politiques auxquels seront confrontés l'opposition , en les intensifiant, afin précisément d'occuper leurs énergies et leurs forces à des leurres, et en parallèle pour le pouvoir, poursuivre l'organisation de son élection et la tenir quand même, vaille que vaille.

L'opposition ne devrait donc pas se laisser divertir, et renouer le plus rapidement possible avec la population par des grands meetings à l'image de celui du 27 septembre 2015. Le but étant de remobiliser le peuple et de le préparer pour un vrai soulèvement planifié coordonner et impliquant cette fois-ci, toutes les régions du pays. C'est à ce prix, qu'elle fera échec au pouvoir en place, sinon, elle tombera une fois de plus, pieds et poings liés dans le jeu de Denis Sassou Nguesso que nous venons de décrire ci-dessus.

Maître Brice NZAMBA
Blog de l'auteur Bricenzamba.com

À PROPOS DE L'AUTEUR:

Maître Brice NZAMBA est diplômé en Droit, Avocat au Barreau de Paris et auteur d'un livre « De l'Ethnie à l'Etat-Nation, pouvoirs traditionnels et pouvoir politique au Congo-Brazzaville ». Il dirige le Cercle de réflexion « LA RUPTURE », dont l'objet principal est de servir de vecteur de réflexion, de prospection, et d'anticipation sur des thématiques panafricaines, et internationales. Maître Brice NZAMBA est aussi analyste politique sur des médias panafricains comme Africa24 et Africa n°1.
Lu 1260 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Août 2017 - 11:36 Mon combat contre le Franc CFA

Beauté et Mode | Libres propos | Formation | Football | RD Sport | Job et Stages | RD Congo | Les arts | Handball | RD Société | Gouvernement | High Tech | Arts martiaux | Monde | Metiers | Indiscretions | Basket-ball | Sports | Athlétisme | Portraits | Autres Sports | Tennis | Interviews | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Bourses et Concours | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | Ils ont dit | Etudier A | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes