Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les ONG demandent la dissolution de la SNPC et des Grands travaux


Par Vox.cg | Lundi 4 Septembre 2017 | Lu 39 fois | 0 Commentaire

Les organisations de la société civile congolaise ont exigé, dans une lettre déposée le 3 septembre dans les bureaux du Fonds monétaire international (FMI) à Brazzaville, la dissolution de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) et des Grands travaux, avant de démarrer les négociations avec cette institution financière. Les ONG ont estimé que ces deux entités ont favorisé l’alourdissement de la dette congolaise qui dépasse les 120% de son Produit intérieur brut (PIB).



« Si le FMI a obtenu la dissolution de la Cotrade, une filiale de la SNPC, c’est qu’il peut aussi exiger et obtenir la dissolution de la SNPC et des grands travaux. Ces deux entités sont des structures qui sont gérées d’une manière opaque. La gestion du pétrole congolais par la SNPC, par exemple, reste totalement opaque. Cette entreprise depuis sa création est un levier essentiel de la corruption et de la dilapidation de la rente pétrolière», a expliqué le coordonnateur du mouvement citoyen Ras-le-Bol.

Pour le directeur exécutif de l’Observatoire congolais de droits de l’homme (OCDH), Trésor Nzila, un autre membre de la société civile, le FMI devait associer, dans les négociations avec le gouvernement, les membres de la société civile. « Il ne faut pas que ces négociations se passent simplement entre les politiques et le FMI. Tous les acteurs de la société doivent être associés. Car, le gouvernement congolais s’est révélé incapable de gérer les avantages obtenus par le précédent programme avec le FMI. Il faut aussi que le FMI joue la transparence en rendant public les termes négociés avec le gouvernement », a-t-il souligné.

Dans une lettre adressée au FMI, ces ONG considèrent que toute aide du FMI au Congo pourrait être assimilée à « une prime de la mauvaise gouvernance ». Elles qualifient cette aide d’un « encouragement à la poursuite systématique des violations des droits de l’homme au quotidien ».

Pour les organisations de la société civile, l’aide du FMI serait une caution à la guerre à connotation ethnique en cours dans le département du Pool, « guerre financée de façon opaque, qui a fait disparaître, dans plus de 350 villages, toute forme de vie humaine ».

Les ONG ont souhaité que le FMI prenne des mesures au titre des conditionnalités à la reprise des imminentes négociations du projet de programme d’ajustement structurel. « Ces mesures pourraient être l’arrêt immédiat, sous contrôle de l’ONU, des hostilités créées de toutes pièces dans le département du Pool, la libération sans condition des prisonniers politiques et de la société civile et l’initiation préalable, d’une conférence internationale sur le Congo impliquant toutes les sensibilités nationales sous l’égide de l’ONU », ont-elles déclaré.

par Jean Chrysostome NDZIONA
Lu 39 fois


Nouveau commentaire :

Publions des commentaires constructifs pour avancer

Beauté et Mode | Libres propos | Formation | Football | RD Sport | Job et Stages | RD Congo | Les arts | Handball | RD Société | Gouvernement | High Tech | Arts martiaux | Monde | Metiers | Indiscretions | Basket-ball | Sports | Athlétisme | Portraits | Autres Sports | Tennis | Interviews | Afrique | Interviews Sports | Maghreb | Dans les bacs | Festivals | Rétrospective | Paroles de chansons | Livres | Divertissement | Cuisine congolaise | Bourses et Concours | Ambassades | Actualité RDC | Sante | Economie | RD Politique | Ils ont dit | Etudier A | Polémique | Live | Concert | Société | Zoom | Anecdotes